Le Rapport Allaire: vous le croyiez disparu, il revit ici!

par JC

Vous, qui vous intéressez à l’histoire politique nationale, cherchez depuis longtemps à mettre la main sur le fameux « Rapport Allaire » ?

Vous l’avez cherché pendant des heures sur Internet sans le trouver ?

Vous voulez vous rappeler ce qu’a déjà été le Parti libéral du Québec, c’est-à-dire un parti qui tenait des débats ?

Vous vous voulez vous surprendre du décalage qui existe entre les conclusions qui à l’époque coulaient de source et semblaient définitives et le renoncement actuel ?

Vous souhaitez mesurer tout le cynisme dont a fait preuve Bourassa dans les débats constitutionnels du début des années 90 ?

Vous souhaitez voir la différence entre un parti qui était conscient des intérêts historiques de la Nation et celui qui préside actuellement aux destinées du Québec ?

Si vous avez répondu « oui » à l’une de ces questions, voici, pour vous et en exclusivité, le Rapport du comité constitutionnel du Parti libéral du Québec, Un Québec libre de ses choix, qui a été présenté au 25e congrès des membres du parti, les 8,9 et 10 mars 1991. Plus connu sous le nom de Rapport Allaire, du nom du président du comité constitutionnel, il a été adopté par le congrès à une belle unanimité toute libérale. Cependant, pendant le débat sur l’adoption dudit document, un amendement qui visait à le vider de sa substance avait été rejeté à 66% des voix, ce qui fait que l’on peut considérer qu’il a été adopté réellement par 66% des délégués (1). Sitôt adopté, le premier ministre Bourassa, fidèle à ses gènes politiques, s’était empressé de minorer son impact et son importance. Par la suite, il ignorera ses conclusions, tout comme celles de la Commission Bélanger-Campeau, ce qui mena à une scission du PLQ pour former l’ADQ.

Rapport Allaire

N’hésitez pas à le copier, à le citer (le texte est copiable!) et le distribuer. En plus, il semble que ce document soit libre de droits d’auteur. Qu’à cela ne tienne, il fait partie du patrimoine national.

Aaaaah, qu’il était bon ce temps où les forces vives de la Nation osaient!

(1)    Pour l’histoire entourant l’écriture et l’adoption du Rapport, je vous conseille de lire les chapitres Le Dompteur et L’Étripailleur dans l’excellent livre le Tricheur de Jean-François Lisée. Pendant que vous y êtes, lisez donc tout le livre et le deuxième tome, le Naufrageur, question d’avoir une bonne idée de l’esprit qui a déjà régné au PLQ, à l’époque où le fruit constitutionnel était mûr. Étonnement, pour les libéraux, le fruit a depuis subi un processus de mûrissement inversé, c’est-à-dire qu’il est redevenu vert…

Advertisements